Ian Manook commet un nouveau polar (sous un pseudo, donc) mais avec une plume plus noire et plus acérée que dans ses précédents romans. Point de Mongolie ici, mais la folie des Appalaches et surtout la vengeance de Freeman, un homme qui n’a rien à perdre. On espère une suite car c’est une réussite !