Le chat d'un rabbin d'Alger acquiert la parole après avoir mangé un perroquet et se met en tête de faire sa bar-mitsva. L'adaptation par Joann Sfar de sa BD est une vraie réussite. Le film dénonce l'intolérance religieuse avec finesse, intelligence et humour.Mention spéciale à François Morel qui prête sa voix au chat et lui donne un ton à la fois naïf, insolent, drôle, mais toujours pertinent.

Hermine (Ecuelles)